DossiersPhotosPresse


 ArtCulte 2016 A SUIVRE > > >
   
05 juillet 2016 Interview de Claude Rollinet et Narcisse Niclass
par Philippe Jung
09 juin 2016 Discours du vernissage Claude Rollinet
01 juis 2016 Claude Rollinet. constructeur de rêves et bio
   
   

 2009  ARCHIVES
   
23 février 2010 L'homme kleenex, stade ultime du capitalisme (PDF)
21 mars 2009 Les artistes au secours de l'économie (PDF)
19 mars 2009 invitation aux médias (PDF)
19 mars 2009 message de M. Edgar Schorderet, (PDF)
Président de l'IRO Mentor Club, au sujet du lancement du projet Artculte

 

Au jeu des questions les réponses apportées par Narcisse Niclass initiateur du projet Artculte.

Un concept pour allumer la mèche...
Sélection parmi les questions posées à Narcisse Niclass, initiateur de cet événement ArtCulte, les artistes au secours de l'économie.

Quelle est l'idée derrière l'organisation de cette manifestation ?
L'IRO mentor club, issu d'une association d'inventeurs, est proche des créateurs d'entreprises et des porteurs de projets. Il y a un parallèle entre un créateur d'entreprises et un créateur artistique. C'est évident. Il faut avoir des idées, il faut réaliser et il faut vendre pour vivre et tenir. Comme l'IRO mentor club a 10 en 2009, il fallait aussi faire un coup. Notre vocation est d'être innovant d'où ce thème nouveau mais provocateur.

Comment est née cette idée ? Pourquoi maintenant ?
C'est un concept personnel, basé sur l'ouverture et la prise de risques. Je veux simplement mettre en contact deux familles de créateurs que l'on associe pas généralement. J'ai été dépassé par le succès rencontré auprès des artistes. Comme mon délai de mise en oeuvre est très court j'ai dû dire non à plus d'une quinzaine d'artistes. J'ai certainement manqué quelque chose mais la machine a été lancée le 10 février avec un point de non-retour au 2 mars, donc je n'avais pas beaucoup de place pour les hésitations. J'ai privilégié l'action et ça marche. Heureusement, j'ai pu compter sur le soutien d'une petite équipe, de l'engagement des artistes et de l'adhésion des conférenciers.
Pourquoi maintenant ? Parce que selon un poème de Blaise Cendrars, auteur suisse qui a toujours privilégié l'action jusqu'à en perdre un bras.

Les artistes au secours de l'économie ? Il y a un point d'interrogation. Quelle est votre réponse ?
A travers les siècles les humains ont toujours été crédules. Ils suivent des sorciers, des prêtes, des gourous. Nous sommes à l'ère des experts et ce n'est pas mieux. On a vu avec les banques qu'elles étaient classées en 3 catégories dont la meilleure était AAA. Mais en fait, personne n'avait de critères techniques et d'analyses pertinentes pour attribuer ces A. Heureusement les notes étaient simples. Tellement simples que ça ne correspondait à rien de réel. Aussi, au lieu de suivre des experts, je suggère d'écouter des amateurs et pour moi un amateur c'est une personne qui aime ce qu'elle fait. Ces amateurs, peintres, sculpteurs, musiciens, conteurs, écrivains, poètes,... ont des idées, des concepts. Ma réponse est de les écouter un peu, sans en faire des maîtres.

Mais l'art est aussi entré dans le business ?
Oui, mais ce n'est plus de l'art. C'est comme l'économie virtuelle, totalement détachée de la réalité. Si des fous veulent acheter 8 millions 2 bouts bois comme on vient de le vivre avec la vente aux enchères Yves Saint-Laurent, si ces fous n'ont pas volé et tué pour avoir cet argent, c'est une façon de remettre l'argent en circulation. Etre stupide est une liberté. Une oeuvre d'art c'est comme un bon vin, à partir d'un certain prix il n'y a plus de plaisir et plus d'ivresse qui fait rêver. Ce sont des malades qui ont du fric mais pas d'esprit. Ils existent par projection. Ce sont des personnes riches mais vides.

Comment avez-vous choisi les artistes ?
Je ne les ai pas choisis. Ils sont venus et se sont engagés à donner le 50% du prix de vente pour le Point Créateurs, une structure qui aide les nouveaux entrepreneurs au démarrage de leur projet d'entreprise. Leur enthousiasme a été communicatif.

Vous n'avez pas jugé de la qualité des oeuvres. Vous avez tout accepté ?
Je ne suis pas critique, ni un fonctionnaire de l'art. Je pense que les gens ont le sens du beau et du laid, du bon et du bien en eux. Laissons la liberté de choisir, d'analyser, de parler d'une oeuvre. Après l'artiste devra bien évoluer s'il voit qu'il n'est pas entendu.

Qu'avez-vous, voulu réaliser à la fin ?
Juste générer les conditions utiles à l'éclosion de rencontres pour en faire un événement neuf et spontané. C'est pourquoi j'ai travaillé dans ce délai court, pour la spontanéité. Heureusement Raymond Surchat du Parc HOTEL m'a accordé sa confiance. Il a pris le risque de dire oui sans savoir à quoi. Le comité de l'IRO mentor club m'a aussi cautionné moralement et contribue à la partie des conférences et débats. Ma réalisation est en fait un moment, un lieu, un espace ouvert et on verra ce qui va ressortir. Ce projet est mis en oeuvre avec un budget zéro. Je pense que c'est déjà une réussite, un modèle économique.

Quel est votre souhait, sur quoi voulez-vous attirer l'attention ?
Il y a une terrible absence d'idées actuellement. Il faut causer, se rencontrer vraiment pour faire quelque chose ensemble. Les millions d'amis sur les sites internet c'est aussi une histoire bidon. Il ne faut plus marcher dans ces combines mais être simple et concret.
Personne ne pensait en 1989 que le système soviétique allait s'effondrer si brusquement et pourtant. Le communisme a peut-être une deuxième chance et s'est simplement la mise en commun et le partage. Je n'ai aucun intérêt à être entouré de malades, de fous, de personnes déprimées et de gens suicidaires. Mais si on lit les statistiques c'est ces catégories de gens que l'on construit. Est-ce que vous avez envie de vivre avec des fous, des déprimés ? Non. Alors faites quelque chose pour changer le quotidien. Je propose un plan Wahlen pour sauver la Suisse, pour sauver le monde. On va bien être occupés pendant 4 soirs pour faire ce chemin.
Le site internet www.artculte.ch va resté actif et j'espère que le Forum sera nourri de bonnes idées qui seront partagées.

Une manifestation lancée dans un délai si court, avec une volonté de faire bouger les choses, est-ce qu'il y a encore un point fort qui va se révéler ?
Oui, il y en a trois Le premier la découverte d'un travail d'orfèvre de l'inventeur et chercheur Gianfranco Passoni qui a terminé l'oeuvre de Gallilé pour marquer l'année de l'astronomie. L'autre point qui je l'espère se développera, c'est le Forum lancé sur www.artculte.ch et le troisième, le lancement d'un concept pour financer le travail des artistes, sans augmenter les budgets de la collectivité et en abandonnant les dictats des fonctionnaires de l'art et autres critiques officiels. A suivre...

Création site internet de MDL.ch - www.artculte.ch Publicité et Marketing de RAA.ch